Publicité

Élections 2017 : Projet Montréal veut revaloriser les artères commerciales

Économie, Politique
Le candidat à la mairie pour Projet Montréal, Pierre Lessard-Blais et la candidat dans Tétreaultville, Suzie Miron s'engagent à mettre en place des moyens pour revitaliser la rue Hochelaga. (photo: Projet Montréal)
Le candidat à la mairie pour Projet Montréal, Pierre Lessard-Blais et la candidate dans Tétreaultville, Suzie Miron s’engagent à mettre en place des moyens pour revitaliser la rue Hochelaga. (photo: Projet Montréal)

Projet Montréal mise sur la revitalisation de la rue Hochelaga, une des trois artères de l’arrondissement qui fera l’objet d’investissements si les candidats de ce parti sont élus lors des élections municipales du 5 novembre.

« C’est une priorité pour nous de redynamiser les rues Hochelaga et des Ormeaux, qui constituent le cœur de Mercier-Est. C’est une demande des commerçants, soit, mais aussi des citoyens qui sont très nombreux à vivre à proximité. Nous voulons donc que ce secteur soit plus attrayant et agréable à fréquenter », lance Suzie Miron, qui se présente sous la bannière de Projet Montréal dans le district de Tétreaultville.

Si elle n’a rien contre la plantation de carrés d’arbres et l’amélioration du look de l’artère, les actions de redynamisation ne doivent pas être simplement cosmétiques, estime la candidate. « L’administration sortante promet la création d’un fonds de 40 000 $ pendant trois ans pour revitaliser la rue Hochelaga. On n’ira pas loin avec ça ! Ce dont la rue a besoin, c’est d’un projet structurant et emballant et d’une équipe qui n’a pas peur d’investir pour soutenir ses commerçants », explique-t-elle.

Ainsi, Projet Montréal s’engage à créer un poste d’agent au développement qui serait uniquement dédié au redéploiement de la rue Hochelaga. Une façon de travailler de concert avec l’Association de commerçants qui s’est formée sur cette artère au cours des derniers mois et qui a tenté, en vain, d’instaurer une Société de développement commercial (SDC). « L’agent de développement pourrait donc réunir tous les commerçants pour instaurer un dialogue, voir avec eux ce qui pourrait être mis en place et devenir le lien entre les propriétaires et l’arrondissement. »

Plus encore, cet agent aurait aussi pour rôle de dénicher des entreprises intéressées à s’installer dans les locaux vacants, poursuit-elle. « Nous aimerions ainsi augmenter la diversité de l’offre et ajouter des commerces de proximité sur la rue, comme une boulangerie, un café, etc. » Suzie Miron cite en exemple l’ancienne Banque Laurentienne, qui a fermé ses portes récemment, et qui ferait un emplacement de choix pour accueillir une micro-brasserie.

Améliorer l’entrée de quartier

La candidate aimerait également que cette revitalisation ne se limite pas qu’au secteur compris entre les rues Baldwin et French, mais s’étende jusqu’à l’entrée du quartier, rue Honoré-Beaugrand. « Actuellement, plusieurs changements s’en viennent dans ce secteur, comme le déménagement du IGA sur le terrain juste en face, qui accueillera un important développement résidentiel ainsi qu’une portion commerciale », précise-t-elle.

L’occasion de définir un projet réellement structurant pour cette section de l’artère. Autre élément au tableau : l’ancienne école installée au 8075, rue Hochelaga, qui se situe entre le IGA Godin et la nouvelle place publique, qui sera inaugurée sous peu dans le stationnement de la maison de la culture Mercier. Cet établissement scolaire, qui sera peut-être repris par la CSDM, accueille actuellement Productions Jeun’Est et Station Vu, cinéma indépendant de quartier. Pôle culturel et même salles multifonctionnelles pour organiser des activités récréosportives pourraient s’intégrer à cet espace qui reste à définir, ajoute Suzie Miron. « Il faut déjà élaborer une vision pour cette portion de la rue, prévoir en avance un plan et amorcer des discussions avec la commission scolaire. »

Projet Montréal s’engage également à développer une nouvelle signature visuelle pour Hochelaga en installant du mobilier urbain et en verdissant la rue pour dynamiser le commerce local et permettre aux résidents de se réapproprier le secteur. « J’aimerais aussi améliorer l’éclairage, car plusieurs m’ont indiqué qu’ils trouvaient qu’il y fait trop noir et n’osent pas y marcher le soir. Mais si on veut que les gens se l’approprient et fréquentent les cafés et les restaurants, il faut que ce soit accueillant ! »

Dans Hochelaga-Maisonneuve, les efforts des candidats se concentreront sur la rue Sainte-Catherine, avec mobilier urbain, projet d’art public et éclairage tandis que dans Mercier-Ouest, on travaillera plutôt sur l’axe Marseille-Desautels. Projet Montréal propose, entre autres, d’y instaurer un réseau de petites places publiques.

Vos commentaires
loading...