Publicité

Un voyage intérieur tout en art

Culture
Résidante du quartier, Guylaine Cloutier présente Exil intérieur à la Maison de la culture Mercier. (photo : Anne-Marie Tremblay)
Résidante du quartier, Guylaine Cloutier présente Exil intérieur à la Maison de la culture Mercier. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Avec l’exposition Exil intérieur présentée à la Maison de la culture Mercier jusqu’au 26 novembre, Guylaine Cloutier invite les gens à un voyage introspectif. Amitié, amour, mort, séparation, naissance, blessures : l’artiste de Mercier-Est pose son regard sur toutes les grandes étapes de la vie.

Enseignante en art au primaire, Guylaine Cloutier ne met pas ses pinceaux au rancart lorsque la cloche sonne. Au contraire. « C’est un besoin viscéral », s’exclame celle qui a préparé 53 œuvres, surtout des tableaux peints à l’huile, mais aussi quelques sculptures et collages, au cours des neuf derniers mois. C’est le fruit de ce travail qu’elle présente à la Maison de la culture. Une première exposition en solo pour cette artiste oeuvrant en art visuel depuis une trentaine d’années.

Ce sprint lui a permis de revisiter les grandes étapes de sa vie. « Quand on arrive à 50 ans, on réalise qu’on en a plus derrière nous que devant. J’ai donc eu besoin de replonger à l’intérieur de moi, de m’inspirer du chemin parcouru, des obstacles traversés et de m’en inspirer pour créer. Si chacune de mes œuvres sont très personnelles, elles abordent des situations universelles. Elles explorent la femme dans ses différents rôles. Si bien que chacun peut en faire sa propre lecture », explique-t-elle.

Des émotions en images

Les œuvres de Guylaine Cloutier prennent souvent des couleurs vives et mettent en scène des personnages, des animaux et beaucoup de mouvement. Une trame narrative que chacun peut interpréter à sa façon, mais qui rappelle qu’une bête sommeille parfois en nous, précise Guylaine Cloutier. « C’est un peu le dilemme que plusieurs vivent, est-ce qu’elle va sortir, se cacher, s’autodétruire ? On peut aussi faire un lien avec le bien et le mal. »

L’occasion également de faire la paix avec ses blessures qui ont modifié son parcours d’artiste. En effet, Guylaine Cloutier a commencé par étudier la sculpture à l’université, pour ensuite obtenir un baccalauréat en enseignement de l’art. Ses premières œuvres s’incrustaient donc dans la pierre. L’artiste a même travaillé la forge. Mais au fil du temps, un problème à l’épaule l’a obligée à changer de cap. « Je me suis alors tournée vers la peinture, mais cela me plaisait moins.  »

Un jour, elle décide de peindre avec sa main gauche, alors qu’elle est droitière. Le déclic est instantané. « On dit en art que le côté droit touche à l’intelligence, au rationnel, alors que le gauche est relié aux émotions. Ainsi, en changeant de main, mes peintures qui étaient très précises et terre-à-terre sont devenues plus instinctives, plus gestuelles », explique-t-elle. Une sensibilité libérée qui a réanimé son désir de créer.

Si elle espère susciter l’émotion avec ses oeuvres, l’artiste souhaite que son travail serve également d’inspiration aux visiteurs. « J’ai la chance d’avoir trouvé la façon de m’exprimer à travers l’art. Mais j’espère que cela donnera aussi envie aux gens de découvrir la leur. Car on est là pour évoluer, pour se parfaire. » Une passion qu’elle tente aussi de transmettre à ses élèves  de l’école Notre-Dame-des-Victoire, établissement primaire de Mercier-Ouest où elle enseigne depuis une douzaine d’années.

D’ailleurs, tout de suite après l’exposition Exil intérieur, ce sera le travail de ses élèves qui sera exposé à la maison de la culture Mercier, alors qu’ils présenteront « Crèche et culture », où ils sont invités à représenter ce symbole à travers les traditions de différents pays du monde. Une fierté pour l’enseignante, qui tente d’utiliser l’art comme moyen de transmission des savoirs et d’ouverture dans les cultures !

En savoir plus
Exil intérieur de Guylaine Cloutier // gratuit
Exposition présentée à la Maison de la culture Mercier ( 8105 Rue Hochelaga)
Jusqu’au 26 novembre

Vos commentaires
loading...