Publicité

«Je suis triste, mais pas amer», Réal Ménard

Politique
Le maire sortant, Réal Ménard. (photo : archives Pamplemousse.ca)
Le maire sortant, Réal Ménard. (photo : archives Pamplemousse.ca)

Les élections municipales auront coûté son poste au maire sortant de l’arrondissement, Réal Ménard, qui a œuvré pendant 25 ans comme élu au fédéral et au municipal. Sa réaction.

« Je suis triste, mais pas amer. J’ai eu une belle carrière politique, j’ai été au service des gens pendant 25 ans, j’ai adoré mon métier et j’ai toujours beaucoup aimé les gens de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et je vais continuer à m’impliquer là où on voudra de moi », a-t-il expliqué, très ému, en conférence de presse.

S’il ne ferme pas totalement la porte à la vie politique, Réal Ménard indique qu’il serait étonnant qu’il fasse un retour éventuel sur les bulletins de vote, alors qu’il est âgé de 56 ans. Toutefois, il estime qu’une nouvelle vie s’ouvre pour lui, alors qu’il enfilait les semaines de 70 heures de boulot, négligeant sa famille et ses amis. « Je ne suis pas fâché devant la perspective d’avoir du temps devant moi. Je ne suis pas à la recherche d’une deuxième vie professionnelle, je ne suis pas inquiété financièrement. Mais j’aimerais continuer de m’impliquer. La lutte à la pauvreté, les droits de gais et des minorités m’intéressent, ainsi que l’avenir de la RIO (Régie des installations olympiques). J’aimerais donc m’impliquer et siéger à titre bénévole ou comme expert. »

Un référendum sur la personnalité

C’est donc sans animosité, mais avec beaucoup d’émotion, que Réal Ménard est revenu sur les raisons de sa défaite du 5 novembre. « J’ai été associé à l’administration centrale et je suis là depuis 25 ans aussi. Il y a peut-être une génération montante pour laquelle je ne représentais pas la solution d’avenir, mais je suis fier de mon bilan. »

Réal Ménard avoue toutefois avoir été pris de court par les résultats, alors que le pointage montrait son équipe en avance dans tous les districts. Une méthode qui n’est peut-être pas aussi fiable avec la jeune génération. « Mais lors de mon porte-à-porte, j’ai rencontré des centaines de personnes et il était clair que les gens avaient décroché de Denis Coderre. Ils ont donc fait un vote de cohérence. C’est ce qui m’a emporté », estime-t-il.

Réal Ménard ne regrette pas

Réal Ménard ne regrette pas pour autant le fait d’avoir joint tout récemment l’équipe de Denis Coderre, lui qui avait été élu en 2013 sous la bannière de Coalition Montréal. « Je maintiens que Denis Coderre, dans l’histoire de Montréal, aura été un grand maire. », a-t-il affirmé. Si le maire sortant a, selon Réal Ménard, un excellent bilan, les Montréalais se sont prononcés hier sur son style de leadership, estime-t-il.

Selon lui, l’équipe de Projet Montréal a transformé les élections en « référendum sur la personnalité » des deux aspirants maires. Et c’est Valérie Plante qui a remporté. « Un geste très habile de la part de nos adversaires, car ils ne pouvaient pas attaquer le bilan de l’administration ou les indicateurs économiques alors que Montréal va bien. Il n’y a jamais eu autant d’investissements publics et privés. »

Une campagne qui n’a pas non plus été sans écueil localement, notamment avec la cité de logistique, un dossier très controversé qui a fortement mobilisé la population. « Disons que c’est un dossier qui a plus contribué à ma défaite qu’à ma victoire », a analysé Réal Ménard. En effet, ce sujet a suscité beaucoup d’inquiétude chez les citoyens, qui ont même réussi à récolter 6600 signatures pour obtenir une consultation sur ce projet. Malgré tout, le maire sortant a toujours continué à défendre mordicus ce développement économique. Encore aujourd’hui, en conférence de presse, il a réitéré son appui. « Je crois profondément au bien-fondé de ce projet pour l’Est de Montréal et je suis convaincu qu’il va se réaliser », a-t-il indiqué.

Une nouvelle garde

Dans MHM, Réal Ménard estime que son remplaçant, Pierre Lessard-Blais de Projet Montréal, a mené une campagne honnête sera un « excellent » maire. «C’est quelqu’un qui veut servir les gens, il habite le quartier et je lui souhaite la meilleure des chances. Je suis convaincu que les gens du quartier vont avoir de bons services avec l’équipe qui a été élue.» Il a d’ailleurs proposé une rencontre au nouveau maire pour que la transition se fasse en douceur.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que Réal Ménard et Pierre Lessard-Blais s’affrontent pour le poste de maire de l’arrondissement. En 2013, ils avaient déjà croisé le fer et M. Ménard l’avait alors emporté avec plus de 2000 voix d’avance, alors que quatre candidats étaient dans la course. Cette fois seuls deux candidats étaient en lice et Pierre-Lessard Blais a obtenu 4413 voix de majorité, ce qui représente 55% du suffrage.

En savoir plus 

Élections: les résultats finaux dans Mercier-Est
La vague de Projet Montréal déferle sur MHM

Vos commentaires
loading...