Publicité

Nouveaux élus: Le Collectif en environnement Mercier-Est a des attentes élevées

Communiqués
Photo: Badauds de Mercier-Est

Le 5 novembre dernier, les citoyens de Montréal et de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve ont élu Valérie Plante et Pierre Lessard-Blais de Projet Montréal pour les représenter à la mairie. Le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) souhaite faire valoir ses préoccupations auprès des nouveaux élus et les interpeller sur leurs engagements.

« Le CEM-E a été le chien de garde des revendications citoyennes dans le quartier Mercier-Est sous l’ancienne administration et continuera à jouer ce rôle avec assiduité et rigueur dans les quatre prochaines années », assure M. Raymond Moquin, président du CEM-E.

Le camionnage dans Mercier-Est représente un problème majeur et récurrent. La circulation lourde sur les rues Notre-Dame et Sherbrooke constitue un irritant chronique pour les riverains, notamment en ce qui concerne le non-respect de l’interdiction du camionnage de nuit. La réduction du camionnage de jour sur ces mêmes artères est également un enjeu important.

Le CEM-E a maintes fois dénoncé la volte-face de l’ancienne administration concernant le projet d’implantation d’une troisième usine (sur cinq) de traitement des matières organiques dans l’est de Montréal et ce, en dérogation du principe d’équité territoriale. Comment Projet Montréal compte-t-il corriger cette iniquité ?

Le réseau cyclable de Mercier-Est est grandement déficient. Projet Montréal doit tout mettre en œuvre pour en accélérer le développement. En particulier, les engagements de l’administration antérieure quant au lien cyclable entre la piste Notre-Dame et la rue Sherbrooke via la piste multifonctionnelle ainsi que la piste sur le pont d’étagement Sherbrooke doivent être maintenus

Le CEM-E souhaite une nette amélioration de la gestion des travaux routiers.  Des chantiers qui se prolongent indûment comme celui de la rue Notre-Dame sont inacceptables.

Les élus de Projet Montréal ont appuyé la lutte citoyenne contre le projet de la Cité de la logistique.  Maintenant au pouvoir, s’engagent-ils à élargir la consultation de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), annoncée par l’ancienne administration, aux impacts de ce projet sur les quartiers adjacents ? Le développement de l’industrie de la logistique devant s’étendre à terme jusqu’à l’extrême est de l’île, l’OCPM pourra-t-il en tenir compte dans son évaluation?  À défaut d’acceptabilité sociale pour la Cité de la logistique, quel projet de développement les nouveaux élus entendent-ils proposer pour le territoire Assomption-Sud ?

Le Port de Montréal est un acteur économique majeur dans l’est de Montréal, mais également un générateur de nuisances important : bruit, poussière, camionnage. Quels gestes la nouvelle administration compte-t-elle poser afin d’assurer une cohabitation plus harmonieuse entre le Port et le quartier ?

Les résidants de Mercier-Est utilisent moins le transport en commun que la moyenne des Montréalais en raison, notamment, d’une offre de service déficiente et réduite dans les dernières années. Que propose  Projet Montréal pour remédier à cette situation?

Le CEM-E a souvent critiqué l’ancienne administration sur sa gestion des arbres et des espaces verts dans l’arrondissement. Le verdissement et la protection de la forêt urbaine doivent être une priorité.

« Cette liste couvre les principales préoccupations que nous entendons soumettre aux nouveaux élus dans les semaines à venir.  Il est à espérer que ces derniers se montreront à la hauteur des attentes légitimes des Montréalais et, plus particulièrement, des résidants de Mercier-Est », conclut Raymond Moquin.

Vos commentaires
loading...