Publicité

8 dossiers à surveiller en 2018

Éditoriaux
(photo : courtoisie EJP Construction)
La cour de voirie se transformera en ensemble résidentiel, assorti d’une aire commerciale. (photo : courtoisie EJP Construction)

L’année qui vient de se terminer a été dominée par les élections municipales, qui a consacré le triomphe de Projet Montréal, comme l’ont souligné nos palmarès des 20 nouvelles les plus populaires sur notre site et des 30 nouvelles les plus populaires sur notre page Facebook. Qu’est-ce qui s’en vient en 2018?

1- Immobilier

Le projet de cour de voirie Honoré-Beaugrand refera surface. Adopté par l’administration du nouveau maire d’arrondissement Pierre Lessard-Blais malgré une certaine grogne, après des mois de gestion plutôt maladroite par l’administration Ménard, le dossier fera son chemin dans les officines municipales. Le chantier, qui comprend 325 unités d’habitation, des espaces verts et un supermarché, sera-t-il lancé cette année? Peut-être.

Proposera-t-on en 2018 un projet de conversion de l’immense usine des Pêcheries Atlantique, entre Dubuisson et Notre-Dame, à l’est de Taillon? Il s’agit du dernier grand terrain constructible du quartier. Pour le moment, rien ne filtre chez les responsables, notamment le propriétaire de la bâtisse.

Dans quelques mois sera démoli le presbytère de l’église Saint-Victor, fermée depuis 2015. L’organisme PAS de la rue veut ériger sur le site, d’ici l’an prochain, un complexe de logements abordables pour aînés vulnérables évalué à 15 millions. Une partie de l’église sera intégrée au projet.

2- Grands projets voisins

Deux projets voisinant le quartier, qui auront des impacts importants sur la qualité de vie, l’environnement et l’emploi dans Mercier-Est, la Cité de la logistique (dans Mercier-Ouest) et le port de gaz naturel liquéfié (dans Montréal-Est), connaîtront des développements majeurs cette année. Très critiqués par les environnementalistes, ces projets ne verront peut-être pas le jour en 2018, mais ils feront l’objet de consultations publiques qui retiendront l’attention.

Autre projet vertement décrié par les environnementalistes du quartier: le centre de traitement des matières organiques, qui sera implanté près de l’autoroute 40, au nord de Montréal-Est, à un jet de pierre du quartier. On en saura plus cette année.

3- Développement commercial

Si le projet de société de développement commercial de la rue Hochelaga a été rejeté, pour la deuxième fois, par une majorité de commerçants l’été dernier, la rue ne paie pas de mine. L’administration du nouveau maire, Pierre Lessard-Blais, qui connaît les réalités de diriger un commerce (il fut copropriétaire d’une brasserie et il a aussi a dirigé la SDC de la rue Ontario avant de briguer la mairie), devra agir pour revitaliser cette rue qui a réellement besoin d’amour.

4- Développement social

À surveiller dans le quartier: l’ouverture de la maison des naissances, rue Contrecoeur, et du CPE Bilbo, presque en face, qui sont actuellement en construction; ainsi que celle de la clinique Ima Santé, dans l’ancienne caisse populaire rue de Grosbois, angle Pierre-Bernard, dans quelques semaines.

L’Antre-Jeunes installera un nouveau point de service, d’ici quelques jours, dans le sous-sol de l’église Saint-François-d’Assise pour plusieurs mois. L’organisme doit composer avec un problème de moisissure à l’ancien Garage des Jeunes, installé aux Habitations Thomas-Chapais.

5- Faubourg Contrecoeur

Le développement de la zone commerciale du Faubourg Contrecoeur se fera-t-il enfin? Après des années d’attente, compliquées par un imbroglio juridique et réglementaire, l’arrondissement doit soumettre cette année son plan à l’Office de consultation de Montréal (qui a reporté à 2018 les séances de consultation, qui auraient initialement tombé en pleine campagne électorale). Une fois le changement de zonage et le plan de développement adoptés par les différentes instances politiques, il faudra passer à l’étape des plans et devis. Le chantier pourrait, si tout va bien, être lancé à l’automne ou à l’hiver prochain. Mais on ne pourra pas y faire ses courses avant 2019. Si tout va bien…

Le plan de développement piloté par la firme Sobey’s (derrière la bannière IGA) est connu et prévoit 100 000 pieds carrés d’espaces commerciaux: fast food (MacDonald?) et station service Shell sur Sherbrooke, supermarché IGA au nord, près du CPE en construction, et plusieurs commerces et restaurants de différentes tailles, avec terrasses, au centre de l’immense terrain.

Le chantier de la phase 5 des condos, rue Contrecoeur, piloté par Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM), va bon train, au nord de la rue Myra-Cree Les premiers résidents devraient s’y installer cet été ou à l’automne. La vente des unités de la phase 6, dont l’immeuble sera situé entre les rues Myra-Cree et Marie-Ange-Bouchard, débutera probablement au printemps. Le chantier sera donc lancé à l’automne ou l’hiver 2019, si les ventes sont satisfaisantes.

Les dernières maisons jumelées des rues Eugène-Achard et Duchesneau seront vraisemblablement construites cette année aux extrémités nord et sud du Faubourg. Le développement du Faubourg Contrecoeur se terminera par l’érection d’une trentaine de maisons unifamiliales, au nord, d’ici un an ou deux.

6- Transports

On verra enfin, au printemps, la fin de l’interminable chantier de réfection de la station de Métro Honoré-Beaugrand, en retard de cinq mois sur son échéancier, et qui empoisonne la vie des résidents du secteur. Autre irritant: la question des circuits d’autobus qui se multiplient dans le secteur, et qui affecte sérieusement la qualité de vie des citoyens. Les élus s’étaient engagés à changer la situation en campagne électorale. Vont-ils passer à l’action en 2018?

La question des pistes cyclables a aussi été abordée en campagne électorale. Le quartier n’a aucun réseau de pistes dignes de ce nom et en a grandement besoin. Il n’y a qu’un axe est-ouest (rue Notre-Dame/Parc de la Promenade Bellerive) et aucun axe nord-sud. De nombreuses questions demeurent quant au prolongement vers l’est de la piste multifonctionnelle Dubuisson (qui s’arrête à la rue Curatteau). Plusieurs propositions sont sur la table est les attentes sont élevées. L’administration Lessard-Blais offrira-t-elle des solutions dès cette année?

L’administration Ménard avait suspendu en catastrophe, à quelques semaines des élections, le projet de transformer les rues Souligny et Dubuisson en sens uniques. L’arrondissement avait annoncé des développements cette année par voie de communiqué. L’administration Lessard-Blais consacrera-t-elle le statu quo ou adoptera-t-elle les sens uniques (mal accueillis au sein de la population)?

Le chantier de l’autoroute 25 prendra fin cette année, après deux ans de douloureux travaux. Le réaménagement des bretelles d’accès des rues Sherbrooke et Notre-Dame sera-t-il terminé au printemps ou plus tard? Et celui de l’intersection Honoré-Beaugrand/Souligny, une des plus dangereuse du quartier, se fera-t-il en 2018?

7- Entrée de quartier

Le réaménagement de l’entrée de quartier, rue Hochelaga, entre Boucherville et Liébert, attendu depuis des années, connaîtra des développements majeurs cette année. Une place publique sera inaugurée cette année à l’ouest de la Maison de la culture Mercier. Les environs de l’immeuble du Chez-Nous de Mercier seront verdis.

Solidarité Mercier-Est aimerait bien mettre sur pied une deuxième phase, mesures d’apaisement de la circulation et de réaménagement de la rue Hochelaga, ainsi que la transformation des façades de plusieurs immeubles du secteur. Ces travaux seront-ils réalisés en 2018? L’arrondissement donnera-t-il son aval aux mesures qui touchent la responsabilité de la ville? Solidarité Mercier-Est, qui pilote le projet, organisera des consultations au cours des prochains mois.

8 – Politique

En novembre, Projet Montréal a conquis la mairie de Montréal et celle de l’arrondissement de Mercier—Hochelaga-Maisonneuve. La nouvelle harmonie favorisera-t-elle la résolution de nombreux dossiers affectant la qualité de vie et le développement économique et social de Mercier-Est, un quartier souvent moins considéré qu’Hochelaga-Maisonneuve ? L’année 2018 représentera un test pour les élus, qui ont hérité de plusieurs dossiers chauds de l’administration précédente.

Les prochaines élections générales québécoises auront lieu en octobre. Le vétéran député de Bourget, Maka Kotto, devra défendre son siège. Le comté est un château fort péquiste. Mais, en politique, l’électorat a causé bien des surprises, partout sur la planète, ces dernières années!

Vos commentaires
loading...