Publicité

Pas de SDC sur Hochelaga

Économie
La rue Hochelaga compte quelques commerces vacants, dont l’emblématique Cinéma Paradis. (photo: Stéphane Desjardins)

Les promoteurs de la création d’une SDC sur la rue Hochelaga abandonnent leur projet.

Dans une lettre envoyée par la poste à tous les commerçants et dont Pamplemousse.ca a obtenu copie, ils affirment qu’ils n’iront pas défendre leur projet en référendum. Rappelons qu’un projet de Société de développement commercial est défendu depuis plusieurs mois par l’Association des commerçants Hochelaga-Tétreaultville, un regroupement de marchands établis sur la rue. Cette association regroupe notamment la Pharmacie Jean-François Leblanc Pharmacien inc. (Jean-Coutu), Quincaillerie de l’Est inc. (BMR), Les Draperies de l’Est Michel Lessard Ltée, Alimentation Hochelaga G.S. inc. (IGA) et Pharmacie Stéphane Fiset inc. (Uniprix).

Selon la réglementation, les promoteurs doivent soumettre leur projet aux commerçants visés. Si un nombre important d’entre eux réclament la tenue d’un référendum, celui-ci devient une étape obligée. Or, comme le rapportait Pamplemousse.ca, le 6 juillet, 41 commerçants se sont déplacés pour signer un registre réclamant la tenue d’une telle consultation. Seulement 11 signatures auraient suffi. On parle ici du quart des 176 commerces concernés.

« Le 6 juillet dernier, lors de l’ouverture du registre pour la création de la SDC, vous nous avez envoyé un message que l’association a bien reçu. Le but de créer une SDC n’est pas de semer la discorde, mais bien de rassembler pour mieux travailler. L’étape suivante est d’aller en référendum dans les quatre-vingt-dix (90) jours suivant la signature du registre pour procéder à un vote relativement à la création de la SDC. Veuillez prendre note que nous ne poursuivrons pas notre démarche et nous n’irons pas en référendum. Nous croyons que votre message était clair », écrivait l’association dans sa lettre.

Le projet ne faisait pas l’unanimité dans le quartier. Info Logis de l’Est de Montréal l’a dénoncé, craignant qu’il participe à la gentrification de Mercier-Est, un phénomène qui, ailleurs à Montréal, a contribué à la hausse des loyers et à l’exode des locataires moins fortunés.

Rencontrés ces derniers jours, rue Hochelaga, plusieurs citoyens, qui ont tous désiré ne pas être nommés, ont déploré l’abandon du projet de SDC. Certains qualifiaient les commerçants qui refusent de participer à une SDC dans des termes qu’on ne peut reproduire ici.

Il faut dire que l’instauration d’une SDC, une fois la majorité acquise, est obligatoire pour toutes les places d’affaires du territoire visé. Ce qui entraîne le versement d’une cotisation annuelle variant entre 400 $ et 3000 $, calculée selon la valeur locative et la nature du commerce, selon les promoteurs du projet. Par contre, une SDC, qui est un organisme sans but lucratif, permet de défendre les intérêts des commerçants face aux gouvernements, d’effectuer des études et promouvoir des projets de développement ou d’aménagement urbain, de tenir des foires commerciales et des événements, d’effectuer du marketing à grande échelle pour attirer et fidéliser la clientèle, d’établir des services communs pour les commerçants afin de leur faciliter la vie, d’obtenir des subventions pour développer l’artère commerciale.

Les 15 SDC de Montréal injectent annuellement près de 11 millions de dollars dans le développement de leurs artères commerciales, selon l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal.

Il ne s’agit pas du premier projet d’implantation de SDC pour la rue Hochelaga. Mais ce refus risque de reporter aux calendes grecques tout prochain projet similaire, alors que Pamplemousse.ca recensait l’an dernier une quarantaine de locaux commerciaux vacants dans Mercier-Est. Les promoteurs du projet affirment qu’ils continueront de promouvoir la rue Hochelaga et de défendre du mieux qu’ils peuvent les intérêts des commerçants, à partir de leur association, dont le membership n’est pas obligatoire.

Les SDC à Montréal:

  • Promenade Fleury (Ahunthsic-Cartirville)
  • Promenade Hochelaga-Maisonneuve (Mercier Hochelaga-Maisonneuve)
  • Boul. Saint-Laurent (Plateau Mont-Royal)
  • L’Avenue du Mont-Royal (Plateau Mont-Royal)
  • Promenade Masson (Rosemont-La Petite-Patrie)
  • Plaza Saint-Hubert (Rosemont-La Petite-Patrie)
  • Avenue Monk (Sud-Ouest)
  • Promenade Wellington (Sud-Ouest)
  • Destination Centre-Ville (Ville-Marie)
  • Quartier-Latin (Ville-Marie)
  • Vieux-Montréal (Ville-Marie)
  • Du Village (Ville-marie)
  • Jean-Talon (Rosemont-La Petite-Patrie)
  • Petite-Italie et Marché Jean-Talon (Rosemont-La Petite-Patrie)
  • Pignons sur rue Saint-Denis (Plateau Mont-Royal)
Vos commentaires
loading...