Publicité

Un nouveau commissaire scolaire dans Mercier

Éducation
Le nouveau commissaire scolaire de Mercier, Léo Lavoie et la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel Bourdon. (photo : Anne-Marie Tremblay)
Le nouveau commissaire scolaire de Mercier, Léo Lavoie et la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel Bourdon. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Léo Lavoie a été sélectionné comme nouveau commissaire scolaire dans Mercier. Jusqu’aux prochaines élections scolaires, il remplacera Émilie Auclair, qui a dû quitter son poste en cours de mandat.

Le nouveau commissaire, qui sera assermenté officiellement le 20 décembre, a une longue feuille de route en matière d’implication scolaire. Père de deux filles, aujourd’hui dans la vingtaine, il a présidé les conseils d’établissements des écoles Saint-Nom-de-Jésus et Chomedey-de-Maisonneuve, explique ce résidant d’Hochelaga-Maisonneuve. Une bonne connaissance du terrain qui souhaite mettre à profit dans ce nouveau mandat.

Parmi les enjeux qui se profilent, celui de la hausse de la clientèle scolaire. En effet, les données prévoient que 800 nouveaux élèves viendront garnir les rangs des établissements scolaires de Mercier dans les cinq prochaines années. « C’est énorme et cela posera certains défis logistiques, si bien que tout le monde devra mettre l’épaule à la roue », affirme Léo Lavoie.

Du coup, il souhaite rencontrer les différents conseils d’établissement pour faire un véritable état des lieux avec eux. « Mais surtout, les équipes-écoles sont les mieux placées non seulement pour nous faire part de la situation, mais également pour voir ce qui est faisable à l’interne. »

Léo Lavoie est également coordonnateur au Centre de Formation de l’Alimentation et du Commerce du Québec (CFACQ), qui collabore notamment avec le syndicat TUAC 500, mais aussi avec différentes commissions scolaires. D’ailleurs, il avait participé avec Émilie Auclair, à la mise sur pied d’un projet-pilote permettant d’offrir différentes formations aux parents, directement au travail.

« J’aimerais dupliquer la formule à travers différentes entreprises du secteur, en plus de l’ouvrir aux parents de la communauté », explique Léo Lavoie. En effet, la première mouture de ce projet, qui s’est déroulé à la rôtisserie Saint-Hubert de Mercier-Ouest, avait permis aux mamans et aux papas de s’outiller pour accompagner leur enfant pendant son parcours scolaire, en abordant des thématiques comme la motivation, l’aide aux devoirs, les transitions, etc.

Autre projet sur la table : celui d’instaurer des activités permettant de faciliter le passage au primaire et au secondaire des petits. « Dans Mercier, il a plusieurs mamans à la maison qui n’envoient pas leur enfant à la garderie avant leur entrée en maternelle. Ce qui pose parfois certains défis », explique le nouveau commissaire. Il aimerait donc s’inspirer d’une initiative mise sur pieds à l’école Saint-Nom-de-Jésus. Pendant l’été, les petits participent à un camp pédagogique de quelques jours, organisé par l’équipe du pédiatre social Gilles Julien. Les intervenants profitent de l’occasion pour observer les enfants, déterminer leurs difficultés et en faire part aux enseignants de maternelle. Ce qui, selon Léo Lavoie, facilite leur intégration.

Idem pour les plus grands, alors que certains élèves de quatrième secondaire de l’école Chomedey-de-Maisonneuve jouent le rôle d’ambassadeurs auprès des écoliers de 6e année du quartier. En plus de les rencontrer dans leur classe, ils les accueillent à la rentrée, détaille Léo Lavoie. « Ils servent alors de guide pour les orienter dans l’école, leur donner un coup de pouce avec leur cadenas, etc. » Des projets qui ne coûtent rien et qui pourraient très bien s’implanter partout dans Mercier et même dans toute la CSDM, estime-t-il.

Mais par-dessus tout, le nouveau commissaire scolaire souhaite devenir le porte-voix des parents. « C’est mon rôle de commissaire de partir de la base et de remonter vers le haut, de porter la réalité du terrain vers les différentes instances », précise celui qui a décidé de joindre les rangs du Mouvement pour une école moderne et ouverte (MÉMO), puisque Émilie Auclair avait été élue sous cette bannière. Se faisant, il espère respecter le choix démocratique des électeurs, explique-t-il. Léo Lavoie prévoit également se présenter lors des prochaines élections scolaires, qui auront lieu en 2018.

Vos commentaires
loading...