Publicité

Arbres obligatoires au nord du Faubourg

Immobilier
La plupart des maisons unifamiliales du Faubourg Contrecoeur sont dépourvues d’arbres, malgré le règlement qui les rend obligatoires. (Photo: Stéphane Desjardins)

Une portion importante du Faubourg Contrecoeur est dépourvue d’arbres, là où se construisent des maisons unifamiliales à 500 000$ et plus. Pourtant, la plantation d’arbres est obligatoire.

Tout au long du développement du Faubourg Contrecoeur, les constructeurs livrent leurs projets clé-en-mains, c’est-à-dire avec le paysagement. Et celui-ci comprend les arbres. Les terrains de tous les types de constructions en comportent: copropriétés, coopératives, maisonnettes urbaines, maisons en rangées, résidence pour retraités… Le règlement d’urbanisme du Faubourg (07-017) régit également la plantation d’arbres, qui est obligatoire, et scrupuleusement respecté par les constructeurs… sauf dans la partie nord.

Là où se construisent les maisons unifamiliales, l’aménagement paysager (entrées de garage et piétonnes, gazon, arbres, fleurs, arbustes, etc.) est en sus et n’est pas offert par le constructeur. L’acheteur doit engager lui-même un entrepreneur spécialisé en paysagement.

Or, pratiquement toutes les maisons unifamiliales qui sont terminées et achevées sont dépourvues d’arbres, même celles dont le paysagement est terminé. Certaines ont d’ailleurs un aménagement sophistiqué et coûteux. Mais pas d’arbre.

Or, le règlement est formel: «Sur un terrain bâti, un arbre ayant un tronc d’un diamètre égal ou supérieur à 5 cm et une hauteur égale ou supérieure à 1,5 m doit être planté, maintenu en bon état d’entretien et remplacé au besoin, à raison : 07-017/39
1° d’un arbre par 150 m2 du terrain non construit, incluant les aires de stationnement extérieures, dans le secteur E;
2° d’un arbre par 200 m2 du terrain non construit, incluant les aires de stationnement extérieures, dans les secteurs B, B-1, C, C-1, C-2 D, E-1, E-2, G G-1 et G-2. Un arbre doit être maintenu en bon état d’entretien et de conservation et être remplacé au besoin.» (article 274)

Prié d’expliquer la situation, l’arrondissement de Mercier—Hochelaga-Maisonneuve, qui administre le règlement d’urbanisme du Faubourg, reconnaît que «certains terrains n’ont pas fait l’objet de plantation tel que prescrit. Ces terrains n’ont pas fait l’objet d’une inspection finale de la Division des permis et inspections de l’arrondissement mais, à terme, les dispositions réglementaires devront être respectées et les arbres plantés tel que prévu», a confirmé l’arrondissement par courriel.

Le règlement d’urbanisme précise que seuls les sorbiers doivent être plantés, pour des raisons de design urbain. Mais, à la suite de la crise de l’agrile du frêne, l’arrondissement permet des dérogations. Les propriétaires sont libres de choisir une autre essence d’arbres, question d’assurer la diversité et d’éviter la propagation de maladies.

Les propriétaires devraient y voir car, dans un quartier de maisons unifamiliales nouvellement construit dans Anjou, aucun des propriétaires n’a prévu planter des arbres. Or, l’arrondissement leur a sommé de le faire selon le règlement d’urbanisme, qui vise à lutter contre les îlots de chaleur. Plusieurs propriétaires font face à des amendes parce qu’ils refusent de défaire leurs somptueux aménagements de pavés unis, réalisés à coup de dizaines de milliers de dollars.

À l’arrondissement de MHM, on confirme que les propriétaires qui n’auront pas planté d’arbre après le passage des inspecteurs recevront des constats d’infraction.

Vos commentaires
loading...