Publicité

Le déneigement génère les passions dans le Faubourg

Environnement, Vie de quartier
Le règlement interdit aux déneigeurs ou aux citoyens de déposer leur neige sur le domaine public, que ce soit une copropriété ou une maison jumelée du Faubourg Contrecoeur. (Photo: Stéphane Desjardins)

L’enlèvement de la neige dans le secteur des copropriétés du Faubourg Contrecoeur prend des allures de crise.

Comme l’illustrait le Journal de Mercier-Est hier, l’enlèvement de la neige des stationnements d’une copropriété de la rue Duchesneau crée tout un casse-tête pour les copropriétaires… et les voisins. Rappelons que le déneigeur de la copropriété déposait la neige dans les rues avoisinantes afin que la Ville de Montréal puisse l’enlever lors des opérations de déneigement. Or, cette pratique est illégale. De plus, elle complique sérieusement le stationnement dans un secteur où les places, sur le domaine public, sont très convoitées.

Le déneigeur aurait reçu un avertissement des autorités municipales comme quoi il ne devait plus déposer la neige dans la rue. De plus, le design de la copropriété l’empêche d’accumuler la neige sur ses terrains en attendant qu’elle fonde au printemps pour des questions de sécurité incendie.

Or, selon Pierre Lessard-Blais, maire de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, l’arrondissement aurait offert à la copropriété de la dépanner à l’occasion du dernier ramassage, mais l’information ne se serait pas transmise à temps et les opérations de déneigement dans ce secteur se seraient déroulées avant que la neige accumulée par la copropriété puisse être déposée dans la rue.

Depuis 24 heures, les débats se sont enflammés dans les réseaux sociaux sur la question. Au moment de diffuser ce texte, nous avons compté 85 posts dans un seul fil de la page Facebook du Regroupement des résidents du Faubourg Contrecoeur.

Les copropriétaires concernés acceptent difficilement la facture supplémentaire de l’enlèvement de leur neige, qui s’élève à 1137,50$ pour 32 places de stationnement, soit 35,55$ par bordée par propriétaire concerné. Un calcul qui exclue la neige enlevée sur les allées piétonnes de la copropriété. Comme le secteur comprend quatre phases de copropriétés, les frais peuvent être plus élevés pour d’autres copropriétés pour les seules opérations d’enlèvement de neige, qui s’additionnent au contrat courant de déneigement. Certains copropriétaires craignent de devoir payer encore plus cher si la quantité de neige à enlever est plus élevée que la dernière fois.

Un autre citoyen établit à 600$ par bâtiment le coût net de l’enlèvement de la neige, qui s’additionne au contrat de déneigement d’environ 5000$. Ce citoyen calcule qu’après cinq bordées de neige, les frais additionnels pourraient totaliser 25 000$.

Illégal

«Je vous le confirme, personne n’a le droit de déposer sa neige dans la rue, que ce soit un commerce, une copropriété ou un particulier, explique le maire Lessard-Blais. Depuis quelques jours, beaucoup d’informations contradictoires circulent autour de cette question et c’est parti en vrille. On leur a tendu la main pour les dépanner une seule fois, mais on n’en fera pas une habitude. Je précise que leur déneigeur a eu un avis verbal et écrit sur cette question.»

Le maire ajoute que le difficile hiver actuel complique les choses, mais que le règlement est le même depuis des années, peu importe le nombre d’opérations de déneigement effectuées par la Ville.

«C’est une question d’équité, dit-il. Certains syndicats paient pour enlever leur neige et ils nous accusent de tolérer ceux qui ne le font pas. On a eu une trentaine de plaintes sur ce sujet depuis ce matin: 50% affirment que d’appliquer le règlement n’a pas de bon sens, 50% disent qu’ils veulent que tout le monde le respecte! Et la quantité de neige issue d’un stationnement de copropriété diffère de celle qu’un particulier enlève de son entrée personnelle. Je le répète, mon devoir de maire, c’est d’être équitable!»

Contrairement à certaines municipalités québécoises ou arrondissements de Montréal, les déneigeurs n’ont pas à obtenir de permis à l’arrondissement pour faire leur travail. «J’ai demandé à mon directeur des travaux publics d’uniformiser l’information et de la communiquer par écrit à tous les déneigeurs qui travaillent dans l’arrondissement, reprend le maire. On va s’arranger pour que ça soit clair pour tout le monde. Chose certaine, on ne vas commencer à surveiller tous les citoyens et donner des contraventions en cascade. Mais si on reçoit des plaintes, on n’a pas le choix de sévir.»

On attend une nouvelle tempête d’une dizaine de centimètres pour ce soir ou demain.

Vos commentaires
loading...