Publicité

Le nouveau maire se montre solidaire du budget

Immobilier, Politique
La première séance du conseil d'arrondissement de 2018, qui s'est déroulée le 6 février dernier, a fait salle comble. (photo : Anne-Marie Tremblay)
La première séance du conseil d’arrondissement de 2018, qui s’est déroulée le 6 février dernier, a fait salle comble. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Même s’il a admis que le budget de la ville, assorti de hausses de taxes, avait peut-être été mal présenté, le maire de l’arrondissement Pierre Lessard-Blais se range derrière la nouvelle mairesse Valérie Plante. Le nouvel élu a aussi réitéré sa position sur plusieurs dossiers lors de cette première séance du conseil d’arrondissement de 2018.

D’entrée de jeu, la conseillère de Louis-Riel, Karine Boivin Roy, a rappelé que sa formation politique avait voté contre le budget de la ville de Montréal préparé par l’administration Dorais-Plante. « Nous avons déchiré notre chemise, et moi ma blouse, à ce sujet. Malgré tout, nous voulons continuer de travailler en collaboration en sein de l’arrondissement », a expliqué la seule conseillère de MHM élue avec l’ancienne Équipe Denis Coderre, renommé depuis le parti Ensemble Montréal.

« On a le droit à la dissidence, au désaccord dans l’arrondissement, ce qui ne nous empêche pas pour autant d’avoir la volonté de travailler ensemble », a lancé le maire Pierre Lessard-Blais en réponse à Karine Boivin-Roy. En effet, dès le conseil d’arrondissement de décembre, l’élue de Projet Montréal avait tendu la main à la conseillère, malgré le fait qu’elle avait été élue dans l’opposition.

« Je suis conscient des lacunes et de la déception des citoyens suite à l’annonce du budget. Nous avons peut-être mal présenté les choses et j’espère qu’on aura beaucoup appris avec à cette situation. Mais je demeure convaincu qu’il s’agit d’un budget responsable », a-t-il ajouté, réitérant du coup son appui au budget. En effet, rappelons que la hausse de taxe de MHM s’élève à 3,7 %, ce qui place l’arrondissement parmi ceux qui écopent de la plus forte augmentation. Une décision qui a été très mal reçue par la population montréalaise, si on juge les résultats d’un sondage publié par La Presse ce matin.

Cours de voirie : le Collectif en environnement Mercier-Est inquiet

Les nouveaux élus ne sont pas non plus revenus sur leur engagement à aller de l’avant dans le dossier de la cour de voirie. Au total, ce sont 325 unités d’habitations, condos et logements sociaux, qui seront construites sur ce terrain situé à l’angle des rues Honoré-Beaugrand et Hochelaga. Une épicerie sera également érigée sur ce site. Des plans qui, dans leur forme actuelle, inquiète le Collectif en environnement Mercier-Est. « Nous vous avons fait parvenir une lettre qui vous expose nos préoccupations sur la congestion routière aux abords de l’intersection Honoré-Beaugrand et Hochelaga et de la densité excessive du projet », a souligné Raymond Moquin, président du Collectif. Ce faisant, le groupe joint sa voix à plusieurs critiques de citoyens qui avaient émané lors de la rencontre publique d’information qui s’est déroulée à ce sujet.

En effet, selon le Collectif, l’ajout d’un aussi grand nombre d’habitations risque d’aggraver la circulation de cette artère, déjà fortement fréquentée. La configuration pour accéder au stationnement sous-terrain est jugée problématique par plusieurs, dont le Collectif. « Tous les citoyens seraient gagnants si le projet s’intégrait mieux dans son environnement. Est-ce que la décision d’adopter ce projet sans le modifier est maintenue ? »

Un comité de suivi sera mis sur pied pour s’assurer du bon déroulement du chantier, ont expliqué les élus. Toutefois, le tout sera construit tel qu’il a été présenté, a affirmé clairement Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe. « Le projet a été accepté et nous ne pouvons pas demander au promoteur de changer ses plans. » Une réponse qui n’a pas rassuré Raymond Moquin. « Je vous annonce une catastrophe dans ce projet-là », a-t-il lancé. Selon lui, ne rien modifier à l’heure actuelle équivaut à foncer dans un mur. « Je suis ingénieur et je sais pertinemment qu’on peut toujours améliorer les choses. Surtout quand on voit poindre un problème majeur comme c’est le cas ! »

 

 

 

 

Vos commentaires
loading...