Publicité

Maka Kotto : à l’écoute des citoyens

Politique
Nous avons rencontré Maka Kotto à son local électoral, situé rue Sherbrooke. (photo : Anne-Marie Tremblay)
Nous avons rencontré Maka Kotto à son local électoral, situé rue Sherbrooke. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Après plusieurs années d’austérité, il est temps de réinvestir et de se recentrer sur les gens. C’est du moins ce qui motive Maka Kotto, député sortant dans Bourget, à solliciter un nouveau mandat sous la bannière du Parti québécois. « Le facteur humain se trouve au centre de mon engagement. »

« Après dix années à leur service comme député, les gens de Bourget savent qu’ils peuvent compter sur moi en tout temps. Ils savent que je suis leur allié », indique Maka Kotto. En effet le candidat estime qu’il est le mieux placé pour porter les revendications des citoyens de Bourget. Il a non seulement l’expérience, explique celui qui a été ministre sous Pauline Marois, mais lui et son équipe connaissent bien le terrain. Et il a porté plusieurs dossiers à l’Assemblée nationale, que ce soit celui d’une personne ayant tout perdu dans un incendie ou des citoyens de Curatteau aux prises avec des problèmes de camionnage. Il cite exemple le dossier de l’Assomption Sud, qui doit être exploité en tenant compte des résidants.

Au terme de 15 ans de règne Libéral, il est donc temps de remettre le Parti québécois au pouvoir et de se recentrer sur les citoyens, selon lui. « Pendant qu’on coupait, il y avait des aînés qui en pâtissaient, tout comme des enfants en difficulté qui manquaient d’orthopédagogues ou des personnes dans les CHSLD qui n’avaient pas tout le soutien dont ils avaient besoin à cause du manque de ressources humaines. » Des coupes qui ont touché directement les citoyens de Bourget, a-t-il constaté sur le terrain.

Il faut remettre l’humain au centre des priorités, estime-t-il. D’abord en offrant un meilleur appui aux organismes communautaires. Ainsi, le PQ promet de rehausser le budget de ces organisations annuellement, jusqu’à 200 M$ la quatrième année, et de « stabiliser leur financement à la mission », rappelle Maka Kotto. Un engagement du PQ qui touche tout le Québec, mais qui aura un impact dans le quartier, estime-t-il. Autre dossier d’importance pour Bourget : les écoles, alors que dans la circonscription, huit sur dix doivent être restaurées. poursuit-il. « C’est important d’offrir des milieux de vie intéressants pour les jeunes pour les conserver à l’école. » Le Parti québécois s’est d’ailleurs engagé à investir massivement dans l’éducation.

Des aînés et une population en santé

Parmi ses priorités, Maka Kotto entend aussi améliorer la situation des aînés, qui se retrouvent en forte proportion dans la circonscription. Investissement dans les soins à domicile, allégement du fardeau des préposées et des infirmières, climatisation de certains espaces dans les résidences pour personnes âgées font partie des mesures promises par le PQ. D’autres, comme le crédit d’impôt pour les aînés gagnant moins de 35 000 $ par année, s’ajoutent à la liste.

La santé, alors que la pénurie de médecins de famille est dénoncée depuis de nombreuses années dans l’est de Montréal, notamment par la députée sortante d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, s’ajoute à la liste. « Environ 80 médecins prendront leur retraite dans l’est de Montréal dans les prochaines années », explique Maka Kotto. Le PQ mise donc sur une ouverture prolongée des CLSC, 12 heures par jour et 7 jours sur 7, ainsi que sur l’apport des infirmières pour améliorer la situation.

Mobilité et progressisme

Le Parti québécois a aussi présenté une plate-forme uniquement pour l’est de Montréal, un secteur négligé au cours des 15 dernières années. Plusieurs mesures y sont conscrites, comme la décontamination des terrains industriels. Autre point très important : la mobilité, ajoute le candidat, rencontré dans son local électoral. Plusieurs mesures sont prévues dans ce plan, dont la mise en service d’un tramway dans l’Est qui reliera le métro Radisson à la Pointe de l’île puis au futur métro de la ligne bleue dans Anjou.

Selon Maka Kotto, quand on fait le bilan des actions posées à l’Assemblée nationale par le PQ lorsqu’il était au pouvoir, on constate qu’il figure parmi « le ou les gouvernements les plus progressistes en Amérique du Nord », indique-t-il. « Si ce parti n’avait pas le cœur à la bonne place, je n’y serais pas. On veut prendre soin de notre monde et s’occuper de nos affaires », indique le député sortant, faisant référence à la souveraineté. Il espère donc pouvoir obtenir un nouveau mandat lors du scrutin du premier octobre prochain.

À suivre : dans les prochains jours, Pamplemousse.ca rencontrera les candidats des principaux partis dans Bourget.
Vous pouvez également lire le texte sur la candidate de Québec solidaire, Marlène Lessard.

Vos commentaires
loading...