Publicité

Marlène Lessard : Une candidate progressiste

Élections 2018, Politique
Nous avons rencontré Marlène Lessard à son local électoral, situé rue Hochelaga. (photo : Anne-Marie Tremblay)
Nous avons rencontré Marlène Lessard à son local électoral, situé rue Hochelaga. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Marlène Lessard se définit non seulement comme environnementaliste, mais aussi féministe, souverainiste et de gauche. C’est d’ailleurs ce qui l’a motivée à rejoindre Québec Solidaire, un parti proche de ses valeurs. Rencontre avec la candidate de Bourget.

Des valeurs qui, selon Marlène Lessard, résonnent aussi dans la circonscription. « Plusieurs de nos mesures touchent la classe moyenne ou populaire, comme les soins dentaires pour tout le monde ou encore l’accessibilité au transport en commun, au niveau économique entre autres. Et je pense que les électeurs de Bourget s’y reconnaissent », estime la jeune femme qui s’implique dans Québec Solidaire depuis sa fondation, en 2006. En effet, selon elle, les gens sont intéressés par un parti progressiste qui ne modifie pas ses idées « au gré des sondages. »

Si Marlène Lessard n’en est pas à sa première campagne (elle s’est présentée deux fois dans Anjou-Louis-Riel), c’est la première fois qu’elle entre dans la course dans Bourget. En arrivant dans le quartier, elle a vite réalisé le manque important de transports collectifs. « J’étais déjà consciente que c’était problématique, mais je pense que c’est pire que dans Anjou, avec le prolongement de la ligne bleue. Ici, on n’a pas le choix d’avoir une voiture », raconte celle qui, jusqu’à cet été, était attachée politique du député sortant de Mercier, Amir Khadir. Un problème non seulement au niveau environnemental, mais aussi pour les personnes plus démunies qui n’ont pas les moyens d’acheter une voiture.

Un enjeu auquel Québec Solidaire entend s’attaquer avec son projet de « Grand Montréal Express », un plan qui propose plusieurs mesures en matière de transport collectif, dont 38 nouvelles stations de métro, rappelle la candidate. « Si on ne prévoit pas le prolongement de la ligne verte, nous projetons plutôt instaurer un tram-train qui partirait de Pointe-aux-Trembles jusqu’au centre-ville et emprunterait Souligny et Notre-Dame. Le trajet comprendrait une trentaine de stations, dont plusieurs dans le quartier. »

Écoles et santé en priorité

La candidate estime aussi qu’il faut « remettre l’éducation au cœur des priorités ». En effet, si QS a promis d’instaurer la gratuité scolaire de la garderie au doctorat, il est urgent d’agir, particulièrement dans Mercier-Est. En effet, plusieurs écoles débordent et la plupart sont vétustes, déplore la candidate, alors que les unités modulaires sont apparues dans la cour de plusieurs d’entre elles. « Depuis plusieurs décennies, les gouvernements successifs ont délaissé les écoles, parce qu’investir dans les infrastructures, ce n’était pas payant pour les élections. Il faut que les choses soient prises en main, il faut défendre notre métropole, car c’est tout le centre de Montréal qui est concerné par cet enjeu ! »

Marlène Lessard veut aussi défendre le dossier de la santé, alors que les études démontrent que les citoyens de l’est de Montréal ont une espérance de vie écourtée de 9 ans par à ceux habitant dans l’ouest de l’île. Sans compter que seulement 65% des résidants de Bourget ont un médecin de famille, ajoute-t-elle. Québec Solidaire propose donc différentes mesures pour favoriser l’accès aux soins de santé, notamment l’ouverture des CLSC 7 jours sur 7 et une implication plus grande des infirmières.

Un dossier complexe, surtout pour un parti qui ne formera pas le pouvoir, convient-elle. « Bien entendu, ce n’est pas l’élu dans Bourget qui va régler cela tout seul. Mais il faut une voix forte, il faut que quelqu’un prenne les choses en main pour réunir tous les acteurs et collaborer pour trouver des solutions et identifier des pistes d’actions. » Nuisance du port de Montréal, problèmes autour du futur chantier du pont-tunnel Louis-H Lafontaine, camionnage et pollution ont été abordés lors de la rencontre, qui s’est déroulée au local électoral de la candidate, rue Hochelaga.

Marlène Lessard est également la seule femme à présenter sa candidature dans Bourget, du moins au sein des quatre principaux partis. « Voter pour une femme, ce n’est pas banal. Il faut se rappeler que nous avons eu le droit de vote seulement en 1940 au Québec. La première fois qu’on a voté, c’était en 1944 ! Cela ne fait pas si longtemps que cela. Et, encore aujourd’hui à l’Assemblée nationale, la proportion de femmes n’est que de 30%. » Il faut donc ajouter des élues pour apporter une vision différente de la politique, estime-t-elle. Marlène Lessard espère donc entrer dans l’arène le premier octobre prochain.

À suivre : dans les prochains jours, Pamplemousse.ca rencontrera les candidats des principaux partis dans Bourget.

Intéressé par la campagne? Ne manquez pas le débat organisé dans Bourget le 18 septembre qui sera webdiffusé sur la page Facebook de Pamplemousse.ca.

 

 

Vos commentaires
loading...