Publicité

Vincent Girard, un candidat de terrain

Politique
C'est à la Promenade Bellerive que nous avons rencontré Vincent Girard, candidat pour le Parti libéral du Québec. (photo : Anne-Marie Tremblay)
C’est à la Promenade Bellerive que nous avons rencontré Vincent Girard, candidat pour le Parti libéral du Québec. (Photo : Anne-Marie Tremblay)

S’il est élu dans Bourget, Vincent Girard promet d’être un député de terrain. Celui qui se présente pour la première fois dans l’arène politique, sous la bannière du Parti libéral du Québec (PLQ), veut jouer le rôle de rassembleur et de facilitateur.

« J’ai toujours été intéressé par la chose publique et, même si je sais que ce n’est pas une candidature facile, j’ai la conviction que je peux amener Bourget plus loin », affirme le candidat. En effet, même si les sondages ne lui sont pas favorables dans le quartier, Vincent Girard estime que les votes se remportent un citoyen à la fois. « Je fais du porte-à-porte tous les jours, en plus de faire la tournée des résidences de personnes âgées et de me présenter à la sortie des écoles. Je fais un maximum pour rejoindre les gens de Bourget. »

Même s’il avoue lui-même qu’il y a peu de pancartes le présentant dans le quartier, le jeune homme de 35 ans se montre présent sur le terrain. Il a participé tant au débat organisé par Info-Femmes qu’à celui à la Maison de la culture Mercier. Comme tous les autres candidats, il a également profité de la foire commerciale sur la rue Hochelaga pour serrer quelques mains.

Devenir la voix des acteurs

Éducateur spécialisé de formation, Vincent Girard se dit animé par un idéal de justice sociale qu’il dit retrouver au sein du PLQ. Ainsi, il s’engage à soutenir les organismes communautaires qui sont, selon lui, « le cœur bien vivant de Bourget ». Il entend donc faire preuve de leadership dans les dossiers qui les concernent, comme la relocalisation de Station Vu. En effet, le cinéma de quartier se retrouvera bientôt sans domicile fixe, alors que l’école qui l’abrite retrouvera sa vocation première. « Je pense que c’est important de rassembler les différents acteurs pour que je puisse ensuite porter leur voix, leur message et influencer les décisions à l’Assemblée nationale. »

Dans Mercier-Est particulièrement, le candidat aimerait aussi s’attaquer à la question de la mobilité, notamment pour améliorer la circulation dans l’axe nord-sud. « Beaucoup de familles et de travailleurs ont de la misère à aller vers le parc industriel, vers Sherbrooke ou vers le métro. On devrait donc ajouter des arrêts de bus, améliorer la fréquence, etc. » Il aimerait, notamment, travailler main dans la main avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a annoncé l’ajout de 300 autobus dans la ville. Ainsi, il aimerait plaider la cause de Bourget pour s’assurer que le secteur recevra sa part.

Améliorer le quotidien des gens

Vincent Girard aimerait aussi s’attaquer à la question des nuisances du port et de l’accès aux berges, explique-t-il dans une entrevue menée justement à la Promenade Bellerive. Le candidat est également convaincu que son parti est le mieux placé pour améliorer le quotidien des citoyens, notamment en investissant dans les soins à domicile. « Le PLQ propose plusieurs mesures très concrètes, comme le fait d’offrir deux heures de stationnement gratuites à l’hôpital et de plafonner le maximum à 7$ par jour. » Les visiteurs dans les CHSLD ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques n’auraient pas non plus à débourser, ajoute-t-il.

Vincent Girard souhaite également améliorer l’accès à l’information en matière de service. En effet, lui-même papa de deux enfants à besoins particuliers, il a appris par la bande qu’il avait droit à une subvention pour l’achat de couches. Une situation d’autant plus complexe quand il s’agit de personnes âgées en perte d’autonomie, par exemple. Le candidat aimerait donc instaurer un guichet d’information « pour que les gens puissent obtenir de l’information rapidement et facilement. »

« Avec mon background d’éducateur spécialisé, j’ai rencontré plusieurs clientèles vulnérables, ayant entre autres des problèmes de santé mentale. Cela m’a permis de développer une sensibilité pour les différentes réalités que vivent les gens. J’ai aussi siégé à plusieurs conseils d’administration d’organismes communautaires », ajoute-t-il. Vincent Girard se voit donc à la fois comme une personne sensible et conciliante, mais audacieuse, qui saura briser les silos s’il est élu le premier octobre prochain.

En savoir plus

Cet article fait partie d’une série qui présente les candidats des principaux partis en vue des élections du premier octobre prochain.
Richard Campeau : « Il est temps de passer à l’action »
Maka Kotto : à l’écoute des citoyens
Marlène Lessard: une candidate progressiste

Vous pouvez également entendre ce qu’ils ont à dire en visionnant le débat des candidats, disponible sur notre page Facebook.

Vos commentaires
loading...