Publicité

1907 : la naissance du village de « Tétreault-ville »

Histoire
(source : BANQ, plans et cartes)
(source : BANQ, plans et cartes)

C’est en avril 1907 que le gouvernement provincial a sanctionné la charte de « Tétreault-ville », lui octroyant ainsi tous les pouvoirs nécessaires pour le développement d’une nouvelle paroisse.

(Source : Banq, La Patrie 1907)

(Source : Banq, La Patrie 1907)

Ainsi, les électeurs ont fait dernièrement le choix d’un nouveau conseil, qui devra s’occuper de promouvoir les intérêts de la municipalité naissante. Ils ont porté au pouvoir A. Lachance, L. Bousquet, E. Gervais, Georges Gordon, P. Lamoureux, A Clarke et G. Willems. Ce dernier a été élu à l’unanimité maire de la paroisse.

M. Avila Gervais a été choisi comme secrétaire, M. Arthur Ecrement, NP. Secrétaire du Boulevard Saint-Paul, sera le notaire de la nouvelle municipalité.

Le nouveau conseil s’occupera immédiatement de faire l’acquisition des rues, de les améliorer, et de contracter un emprunt, pouvoir qui lui a été conféré en vertu de la charte, emprunt qui sera employé à donner à la municipalité toutes les améliorations, dont elle a besoin et à attirer la population des grands centres vers cette coquette paroisse située à quelques pas du fleuve Saint-Laurent, du Parc Dominion et d’industrie importante.

La nouvelle municipalité a une superficie de 425 arpents, et est subdivisée en 4075 lots à bâtir. Il se construit chaque jour de nouvelles résidences, et la population en ces derniers temps a augmenté d’une manière considérable au point qu’il a fallu construire une spacieuse et jolie chapelle pour faciliter le service divin.

Nous avons tout lieu de croire qu’avec ce conseil, Tétreault-ville de Montréal sera avant longtemps une des plus belles paroisses, et un des centres les plus actifs et les plus développés de la banlieue de Montréal.

Avril 1907

Maire et conseillers du village de Tétreaultville lors de la fondation en 1907

(Note: De 1907 à 1910 le village de Tétreaultville a connu quatre maires : M. G. Willems, P. Légaré, M. Joseph Rioux, et le dernier en 1910, M.Prosper Massicotte)

 

 

 

 

 

Veuillez noter que cet article provient d’une collaboration avec feu Robert Carrière, qui a été l’un de nos premiers chroniqueurs au journal de Mercier-Est. Nous poursuivons donc la tradition, une façon de rendre honneur au travail de ce passionné d’histoire. 

Vos commentaires
loading...