Publicité

Exclusif: Le terrain des entrepôts Métro vendu à un promoteur immobilier

Immobilier
Le terrain a fait l'objet d'une annonce sur le site de CBRE. (Image tirée de la brochure de CBRE)
Le terrain a fait l’objet d’une annonce sur le site de CBRE. (Image tirée de la brochure de CBRE)

Le terrain du 9205, rue Notre-Dame, qui abritait les entrepôts Métro, vient d’être acheté par un groupe d’entrepreneurs avec à sa tête le groupe Prével, l’un des plus importants développeurs immobiliers à Montréal.

Autrefois propriété de Métro Richelieu, cet immense terrain qui s’étend de la rue Notre-Dame à Dubuisson et de Taillon à Meese a été acheté à la fin du mois de septembre par un groupe d’entrepreneurs constitué d’Inovim, de Gestion Praz et des Investissements Moka. Les administrateurs font quant à eux partie du groupe Prével, indique le Registre foncier. « Il est fréquent que plusieurs partenaires s’associent ensemble pour un projet, mais Prével est majoritaire », explique Sabrina Duguay du cabinet de relations publiques National, mandaté pour répondre à nos questions.

Le terrain avait été mis en vente en mai dernier par l’entremise de CBRE, firme mondiale de services immobiliers commerciaux et d’investissement. « La propriété est située à un jet de pierre du fleuve Saint-Laurent face au parc L.-O.-Taillon et au parc riverain de la Promenade-Bellerive qui s’étend sur 2,2 kilomètres en bordure du fleuve. Voici une opportunité de redéveloppement dans l’un des plus beaux secteurs de l’est de l’île de Montréal. La propriété est également située à deux pas de quelques récents projets domiciliaires à succès », indique la fiche, encore disponible sur Internet.

On y mentionne aussi la possibilité de construire autour de 230 unités sur ce terrain de 6,5 acres. Toutefois, il est beaucoup trop tôt pour connaître les intentions du Groupe Prével et de ses partenaires pour développer le tout. « Il n’y a pas encore de plans, puisque la transaction vient tout juste d’être conclue. Toutefois, c’est dans la philosophie du Groupe Prével, qui a notamment piloté plusieurs projets dans Griffintown, de s’assurer de créer des projets qui s’intègrent dans les quartiers et de travailler en collaboration avec les différents acteurs du secteur  », assure la porte-parole. Les partenaires auront donc une réflexion à amorcer sur le sujet.

Quel type de développement?

Marc Guimond, chargé de développement au Groupe de ressources techniques (GRT) Atelier Habitation Montréal, travaillait depuis plusieurs années, de concert avec un promoteur privé pour développer un projet composé principalement de logements sociaux et abordables sur ce terrain. Une entente « de gré à gré » avait été conclue, précise-t-il.

Ce serait la découverte d’un tuyau de la compagnie Suncor passant sous le terrain qui aurait fait traîner les discussions entre les deux partis, selon Marc Guimond, précisant que même s’il n’était plus utilisé, il fallait déterminer qui aurait la responsabilité de l’enlever.  « Les discussions avec ce promoteur n’ont tout simplement pas abouti, et donc la transaction s’est conclue avec un autre acheteur », indique Isabelle Salesse, conseillère aux communications chez Métro. Finalement, Métro a décidé de lancer un appel d’offres public, via CBRE, pour vendre son terrain. Marc Guimond espère donc que, malgré tout, cet important développement immobilier fera la part belle au logement social et abordable.

Rappelons que l’arrondissement a adopté, en mai dernier, une Stratégie locale d’inclusion de logements sociaux et abordables dans les nouveaux projets résidentiels qui recommande la construction de 20 % de logements sociaux et 20 % de logements abordables dans les projets de 150 unités ou plus. Toutefois, les promoteurs peuvent choisir de construire leurs logements sociaux hors site ou de contribuer au fonds de logement social. Un outil de négociation pour l’arrondissement, en attendant l’adoption du règlement de la ville de Montréal qui devrait entrer en vigueur en 2019.

Le Groupe Prével assure qu’il n’a pas l’intention de se soustraire à ses obligations. Il est toutefois trop tôt pour savoir quelle option sera privilégiée par l’entreprise. « Il faut avant tout évaluer les besoins avec les différents acteurs », précise Sabrina Duguay. Toutefois, elle rappelle que le Groupe Prével a toujours contribué à ce chapitre, tout en appuyant aussi le logement abordable et familial. Elle cite en exemple le projet Impérial, construit dans Saint-Henri par Prével, qui mise sur la mixité sociale et qui a bien fonctionné selon elle.

Vos commentaires
loading...