Publicité

1907: Collision mortelle et incendies

Histoire
(Source: Journal La Patrie, 1907, BANQ)
(Source: Journal La Patrie, 1907, BANQ)

Plusieurs faits divers ont marqué Tétreaultville en 1907, dont la mort du jeune Vallé de Tétreaultville, les jambes détachées du tronc par les roues d’un tramway, rapporte le média de l’époque.

« Comme la Patrie l’annonçait hier, Narcisse Israël Baronnet alias Vallée, victime du fatal accident de tramway qui s’est produit, hier midi, sur la voie du Terminal, est mort quelques heures après son arrivée à l’hôpital Notre-Dame. L’accident a eu lieu hier à quelques distances de Tétreaultville. Le jeune Vallée travaillait avec quelques compagnons aux réparages de la voie quand le tramway le frappa. Comme ses compagnons, à l’arrivée du tramway, il se rangea hors des rails. Au moment où le tramway approchait, il avait le dos tourné. Ne croyant pas le tramway si près de lui il recula, et le filet le fit rouler sur la voie. Les roues du tramway passèrent sur les jambes du jeune homme. Les employés du tramway relevèrent le jeune homme, et au moyen de courroie ils ligotèrent les genoux de la victime pour arrêter l’hémorragie. On le plaça sur le tramway pour l’amener à Montréal et transporter à l’hôpital Notre-Dame, le jeune Vallée ne tardait pas à expirer. Le coroner tiendra une enquête.

Le défunt, à l’emploi de M. Aliney, carrossier, avait quitté son emploi il y a quinze jours pour travailler aux réparages de la voie du tramway. Il laisse son père, sa mère, un frère, Alphonse, et trois soeurs, Amanda, Delphine et Marie-Louise. »

Source: Bibliothèques et archives nationales du Québec (BANQ), Journal La Patrie, 16 Juliet 1907.

Incendie à Tétreaultville
En voulant fuir la chaleur deux garçons mettent le feu accidentellement dans une grange. Deux granges et une habitation détruites tout près de l’église Ste-Claire.

« Les voyageurs, qui, hier soir rentraient en ville, à la gare Viger, ont été bien intrigués par un incendie qui flambait du côté de Tétreaultville. Il était alors plus de 10 heures.

Nos renseignements nous apprennent qu’à ce moment le feu consumait deux granges et une maison à Tétreaultville-annexe, près de l’église.

Voici ce qui eut lieu:

Personne de nos lecteurs n’a déjà oublié la chaleur torride qui nous a accablé tous, hier soir. Or, pour se mettre à l’abri de son atteinte, deux jeunes garçons de Tétreault-ville, nommés Marion et Bélanger, résolurent de fuir la maison et d’aller coucher sur le foin fraîchement coupé, dans une grange à proximité de la maison. Pour s’éclairer ils s’étaient munis d’un fanal et s’introduisirent dans la grange à la faveur de la lueur qu’il répandait. Arrivés dans la grange nos jeunes hommes se disposèrent à se coucher, quand un brusque mouvement fit renverser le fanal, ce qui provoqua une explosion, comme bien on pense le feu ne tarda pas à prendre dans le foin, et avec une rapidité indicible, l’élément destructeur avait tout atteint dans les alentours. Il eut bientôt dévoré la grange où se trouvaient beaucoup d’animaux, qui furent tous sauvés.

De la grange, le feu se propagea à la demeure de M. Ozilda Bélanger qui se trouve à une trentaine de pieds de la grange incendiée. Le feu la détruisit avec la même rage et ça en aurait été fini de toutes les constructions d’alentours, si pour fermer le chemin à l’incendie, M. Azilna Marcoux n’avait pas consenti à renverser un hangar qui se trouvait près de sa maison.

Dans sa course, le feu avait consumé deux granges et une habitation. C’est fort heureux encore, que tous les dommages se limitent à cela, car à cette heure, on eut pu avoir des pertes de vie à enregistrer.

M. Bélanger n’a qu’un millier de piastres d’assurance. Le fils de M. Bélanger en voulant fuir du grenier, s’est blessé sur le nez. »

Source : Journal La Patrie, 14 Août 1907 (BANQ)

Incendie à Longue-Pointe

« Un incendie s’est déclaré, hier soir, dans un des cottages construits sur le bord du fleuve, à la Longue-Pointe, par la Locomotive Company pour l’usage de ses employés. Ce cottage était occupé par les familles Brooker et St-John.

Le feu a été causé par un tuyau surchauffé passant à travers un mur dont l’isolation avait été mal faite. Comme il n’y a pas de brigade à la Longue Pointe, on demanda du secours à Maisonneuve. Le chef Benoît partit aussitôt avec ses hommes sur le dévidoir, et en moins d’un quart d’heure le feu était sous contrôle. Les dommages à la maison ne sont pas considérables. Les effets de ménage ont souffert de la fumée et de l’eau. Cette dernière était fournie par le réservoir placé au-dessus des usines de la Locomotive Company, qui a établi un système d’aqueduc sur sa propriété. »

Vos commentaires
loading...