Publicité

La Société d’animation de la Promenade Bellerive (SAPB) menacée de fermeture

Vie de quartier
La Promenade Bellerive (photo archives Pamplemousse.ca Anne-Marie Tremblay)
La Promenade Bellerive (photo archives Pamplemousse.ca Anne-Marie Tremblay)

L’organisme, issu de la mobilisation citoyenne, peine à recruter administrateurs et bénévoles, ce qui met en péril sa survie même.

En effet, si la Société d’animation de la Promenade Bellerive (SAPB) ne réussit à pas à combler ses postes d’administrateurs lors de son assemblée générale annuelle, le 26 novembre prochain, elle sera forcée de se dissoudre en tant qu’organisme à but non lucratif.

La nouvelle a été annoncée lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, le 6 novembre, par Suzie Miron, conseillère de Tétreaultville. « Si l’organisme ne trouve pas sept administrateurs prêts à s’impliquer et à mettre l’épaule à la roue, un processus de dissolution devra s’enclencher parce qu’il faut une nouvelle énergie et les porteurs actuels ont besoin de renfort. »

La directrice de la SAPB, Carole Castonguay, confirme la situation. Sur les sept postes au conseil d’administration, au moins quatre devront être pourvus lors de l’assemblée générale. Un total qui pourrait être encore plus élevé, si d’autres administrateurs se désistent, indique-t-elle. « C’est difficile parce que plusieurs personnes ont quitté parce qu’ils avaient l’impression de tourner en rond et devaient composer avec plusieurs irritants », poursuit-elle.

Qui plus est, l’organisme qui a été mis sur pied il y a vingt-cinq ans a de la difficulté à joindre les deux bouts, alors que son financement n’a pas été bonifié depuis 15 ans, explique Carole Castonguay, à la tête de l’a SAPB depuis 2004. « Il n’y a pas eu d’augmentation de budget depuis tout ce temps, même qu’il y a eu décroissance puisque nous avons subi l’inflation », poursuit-elle.

Il faut donc assurer l’animation, mais aussi la sécurité et l’entretien du chalet ouvert de 5 à 7 jours par semaine, selon les saisons, avec une équipe minimale souvent composée d’employés qui reçoivent des subventions salariales. Une aide précieuse, mais comme il s’agit de contrats temporaires, le recrutement est toujours à recommencer. De plus, la SABP s’occupe de la crémerie en activité pendant la période estivale. Toutefois, l’organisme est fermé en novembre et décembre.

Un moment décisif

Pour Carole Castonguay, il est clair que l’organisme se trouve à un moment décisif. Carole Castonguay espère qu’il y aura une réelle volonté de soutenir la SAPB. « Ça ne nous tente pas de vivre la fermeture de l’organisme, alors qu’on vient de fêter notre 25e anniversaire. Mais on fait quoi avec ça ? Qui va nous entendre ? Le service de navette fluviale reçoit 100 000 $ pour 21 jours d’opération, alors que nous ne recevons que 67 500 $ de budget. C’est deux poids, deux mesures. »

Lors de son mot au conseil d’arrondissement, la conseillère Suzie Miron a rappelé qu’il était essentiel que l’organisme continue d’être ancré dans le quartier, car « ce sont les utilisateurs mêmes de la Promenade qui la connaissent le mieux. » Il faut donc du sang neuf « pour relancer la SAPB, redéfinir la mission, la vision et l’élaboration d’une planification stratégique » de cet organisme, poursuit-elle.

Tous les citoyens sont invités à participer à l’assemblée générale annuelle de la SAPB, qui se tiendra le 26 novembre prochain à 19 h à la Maison de la culture Mercier. Il sera possible de devenir membre de l’organisme sur place et ainsi d’avoir le droit de se présenter à un poste d’administrateur et aussi de voter. « Les gens devront toutefois prévoir 5 $ pour payer leur cotisation », explique Carole Castonguay.

Vos commentaires
loading...