Publicité

La Maison des Familles se dote d’une bibliothèque !

Éducation, Vie de quartier
Ganaëlle Roberge (à gauche) et Marie-France (à droite) à l’intérieur de la nouvelle bibliothèque (photo : Nicolas Ganzer)

Ouverte depuis le 23 novembre, la nouvelle bibliothèque de la Maison des Familles de Mercier-Est regroupe près de 150 ouvrages pour les enfants de 0 à 5 ans. Une inauguration qui soulignait la 3e édition de la Grande semaine des tout-petits.

C’est dans un espace aménagé pour la littérature aux jeunes enfants que les familles membres pourront venir chercher le prochain livre favori de leur progéniture. Au menu, livres d’éveil et d’images, mais aussi de science-fiction, par exemple. Tout est fait pour ouvrir le maximum d’horizons possibles aux petits.

L’extérieur de la Maison des Familles sur la rue Georges-Bizet (photo : Nicolas Ganzer)

L’ouverture arrive juste à temps pour la saison hivernale. « Il y a certains parents qui restent dans le sud du quartier. On a une belle bibliothèque sur Hochelaga, la bibliothèque Mercier. Mais quand c’est l’hiver, avec les poussettes, c’est moins évident » pour elles de s’y rendre, raconte Ganaëlle Roberge, intervenante en éveil à la lecture et au langage.

C’est d’ailleurs certains parents, qui fréquentent la Maison des Familles plusieurs fois par semaine, qui ont soufflé l’idée en voyant les livres qui étaient déjà présents sur place.

Marie-France est bénévole pour la Maison des Familles. Elle explique que pour s’abonner, c’est facile et gratuit. Un numéro de téléphone ou une adresse courriel suffit. « Il y a environ 150 livres qui sont disponibles, on veut en avoir 500. Donc on a décidé de commencer le prêt immédiatement pour donner accès plus rapidement aux livres pour les familles. Pour le début, c’est des ouvrages pour les jeunes enfants de 0 à 5 ans, éventuellement il va y en avoir pour les 5 à 12 ans. »

La bénévole rajoute que des ouvrages de référence, pour les adultes, sur l’éducation des enfants seront bientôt disponibles. Dès que l’informatisation de ces documents sera terminée, ils seront mis à disposition des parents.

Pour emprunter, rien de plus simple : « C’est 14 jours pour trois livres. Ils viennent le matin du lundi au vendredi de 9 h à 12 h pour choisir. Il y a des bénévoles qui ont plastifié certains livres pour que ceux-ci soient plus solides. »

Activités connexes

La bibliothèque ne sera pas seulement un lieu où l’on emprunte des livres, elle sera également un lieu d’échange. Plusieurs activités en rapport avec la littérature sont en discussion à l’interne. Il y a même un sondage en cours pour voir ce que les membres aimeraient.

« Par exemple, on a déjà les déjeuners-causeries. Il y a une animatrice qui vient discuter avec des parents autour d’un déjeuner avec un sujet présent. C’est vraiment un échange qui se fait autour de la thématique. Il y en a eu un par exemple sur les stéréotypes de genre », détaille Marie-France.

Ganaëlle Roberge précise que la Maison des Familles a mis en place d’autres projets connexes. « En fait, le projet de bibliothèque s’inscrit dans les activités qu’on a mises en place tout autour des livres. On a le Croque-Livres pour enfants, une boîte de livre d’échange à l’extérieur. On en a également une à l’intérieur pour les adolescents et les parents. »

Sur la page Facebook de l’événement de lancement, un concours pour trouver le nom de la bibliothèque avait été lancé. Le nombre de suggestions n’a pas été suffisant si bien qu’elle n’a pour l’instant pas de nom. Le concours est cependant toujours ouvert pour les intéressés.

La Grande semaine des tout-petits

Pour la 3e édition, qui se tenait du 18 au 24 novembre 2018, cinq événements se sont tenus dans Mercier-Est. Trois étaient organisés par le Service des Loisirs Sainte-Claire et les deux autres par la Maison des Familles.

Cet événement permet de mettre de l’avant l’importance du développement des enfants de 0 à 5 ans. D’ailleurs, la nouvelle enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle a été rendue publique récemment. « La proportion d’enfants vulnérables au Québec est plus élevée en 2017 qu’en 2012 dans quatre des cinq domaines de développement », peut-on lire dans le rapport.

Les indices de santé physique et bien-être, compétences sociales, maturités affectives et développements cognitifs et langagiers sont tous en hausse — entre 1,1 et 1,7 % d’augmentation. Alors que la dernière catégorie, habileté de communication et connaissance générale, reste au même niveau que 2012.  Le rapport permet aussi de constater que Montréal fait moins bien que l’ensemble du Québec sur deux aspects, soit la santé physique et le bien-être ainsi que les habiletés de communication et les connaissances générales.

Une situation qui touche aussi le quartier, rappelle Ganaëlle Roberge. « Depuis l’étude de 2008, Mercier-Est était un quartier critique surtout au niveau langagier. C’est pour cela que mon poste avait été créé. Il y a toujours de nouvelles familles donc c’est toujours à retravailler. Il faut rejoindre les familles qui sont isolées. Ce que j’ai vu dans les dernières années, c’est que quand on dit aux parents que c’est important de lire des livres, ils le savent. Et ils le font vraiment plus en amont qu’avant. »

Se préparer à la fin d’avenir d’enfants

Pendant cette semaine-là, il y avait une grande rencontre à Québec avec tous les partenaires de la Grande semaine des tout-petits, avec en toile de fond l’avenir financier des organismes oeuvrant dans ce domaine. En effet, l’entente de financement avec la Fondation Chagnon et le gouvernement provincial autour d’Avenir d’enfants se termine bientôt, s’inquiète Véronique Coulombe, directrice de la Maison des Familles.

Avenir d’enfant, est un organisme à but non lucratif qui accompagne et soutient des milliers de partenaires en petite enfance. « Le partenariat se termine en 2020. Qu’est-ce qu’il va arriver en 2020 ? Les gens se mobilisent tranquillement. Le gouvernement peut peut-être redistribuer cet argent-là aussi. On est en train de faire des bilans et des évaluations de ces années-là pour poursuivre dans le même sens. », explique Véronique Coulombe.

Une inquiétude légitime puisque pour la Maison des Familles, c’est 150 000$ par an qui vont manquer. Le poste de Ganaëlle Roberge avait été créé grâce à cet argent.

Erratum: Veuillez noter que la Maison des Familles reçoit 150 000$ de financement par année d’Avenir d’enfants et non 300 000$ comme il était mentionné précédemment. De plus, Avenir d’enfants est un partenariat entre la Fondation Chagnon et le gouvernement provincial. 

 

Vos commentaires
loading...