Publicité

Station école : le septième art comme matière scolaire

Culture, Éducation
(photo: © peych_p / Dollar Photo Club)
(photo: © peych_p / Dollar Photo Club)

Le cinéma comme outil d’apprentissage ? C’est ce que propose Station Vu, cinéma de quartier indépendant, en lançant une série d’ateliers pour les garderies et les écoles en lien avec le septième art. Action !

Création d’un personnage animé avec « Ma vie de courgettes ». Réflexion sur la conception d’un film avec la Wapikoni mobile. Transformation d’un roman au grand écran avec « La chute de Sparte », livre écrit par Biz de Loco Locass. Le nouveau programme Station École, développé par Station Vu en collaboration avec Culture et Communications Québec offre une dizaine d’ateliers au contenu original.

« L’idée, c’était non seulement d’initier les jeunes au septième art, mais aussi d’intégrer le cinéma comme outil pédagogique dans les matières scolaires », explique Julie-Andrée Héroux, coordonnatrice de Station Vu. Ainsi, les ateliers ratissent un large public, allant du préscolaire au collégial, ajoute-t-elle. Une façon d’allumer la flamme des jeunes cinéphiles, en leur faisant découvrir des films qui sortent des sentiers commerciaux.

Ainsi, chaque séance donne lieu à un atelier, animé par un intervenant, parfois l’un des artisans du film. Ainsi, le thème du film devient un prétexte à l’apprentissage, comme avec « Hommage aux mères de la nation ». La projection de ce documentaire historique est suivie d’une rencontre avec une des membres de la Société d’histoire des filles du Roy et permet de discuter sur le rôle que ces femmes ont occupé dans la naissance du Québec. Du contenu qui s’inscrit directement dans le programme pédagogique des élèves de 4e année, qui abordent cette thématique en classe, explique Julie-Andrée Héroux.

Ou encore le film « Les rois mongols » qui, en plus de plonger les jeunes à l’époque de la crise du Front de libération du Québec (FLQ) devient un prétexte pour discuter du métier avec l’un des jeunes acteurs en vedette de ce film. Un atelier pour les 12 à 18 ans. « Nous avons aussi une initiation permettant aux jeunes d’apprendre atelier animé par Namasté qui montre aux jeunes comment faire de l’animation image par image », décrit Julie-Andrée Héroux. De plus, dans la plupart des cas, du matériel pédagogique est également offert, que les professeurs peuvent ensuite utiliser en classe.

Avec cette nouveauté, Station Vu espère ainsi donner envie aux jeunes d’aller au cinéma et de découvrir le septième art en-dehors des films commerciaux. Tout un défi alors que les élèves d’aujourd’hui ont accès à mille et un contenus d’un simple clic ! « Nous espérons que ces ateliers sur grand écran inciteront les jeunes à se rendre au cinéma mais permettront aussi de stimuler leur esprit critique et leur curiosité », conclut Julie-Andrée Héroux.

Vos commentaires
loading...