Publicité

Coyotes au Faubourg : hausse de signalements

Environnement
Une coyote croqué sur le vif alors qu'il était tout près d'une résidence dans le Faubourg Contrecoeur. (photo archives Hugo Mailloux)
Une coyote croqué sur le vif alors qu’il était tout près d’une résidence dans le Faubourg Contrecoeur. (photo archives Hugo Mailloux)

Depuis le début de 2017, une cinquantaine de signalements de coyotes ont été rapportés dans les arrondissements de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et d’Anjou, dont la moitié au cours des deux derniers mois.

C’est du moins ce que montrent les données fournies au Journal de Mercier-Est par la Ville de Montréal. Toutefois, l’animal qu’on observe particulièrement autour de la carrière Larfarge, voisine du Faubourg Contrecœur, ainsi que dans les quartiers avoisinants, ne serait pas tellement agressif.

Un seul comportement agressif (envers un chien) a été rapporté depuis plus d’un an dans ce secteur, ajoute la porte-parole, explique Gabrielle Fontaine-Giroux, relationniste à la Ville. Pour l’instant, aucune capture n’est envisagée, ajoute-t-elle. « Ce type de mesure est utilisé en dernier recours lorsqu’un coyote montre des comportements agressifs qui peuvent représenter un risque pour la sécurité. »

Par mesure de prévention, la Ville a envoyé une lettre aux résidants de ce secteur expliquant aux citoyens comment réagir et surtout signaler la présence de cet animal de plus en plus présent sur l’île. C’est possible de le faire en appelant au 438 872-COYO (2696) ou en remplissant un formulaire sur le site ville.montreal.qc.ca/coyote. Une façon pour l’administration municipale d’avoir un portrait de la situation et des agissements de l’animal pour « planifier les interventions adéquates permettant d’assurer une cohabitation harmonieuse », indique la lettre.

La Ville a également lancé cette semaine une opération de pistage du mammifère, notamment dans le Faubourg Contrecœur. Ainsi, explique un article paru dans La Presse, cette surveillance de savoir si l’animal est atteint de la gale sarcoptique, une maladie qui lui fait perdre ses poils. Lorsqu’il en est affecté, le coyote a tendance à se rapprocher des habitats humains pour se réchauffer. Ce qui fait qu’on les voit plus, mais augmente les risques qu’il s’habitue à la présence des gens. Plus tard en saison, l’équipe prévoit capturer quatre coyotes et les munir de GPS permettant de suivre leurs déplacements quatre fois par jour. Le mardi, l’émission de données sera constante sur la journée.

Ce n’est pas la première fois que des coyotes sont aperçu dans le secteur du Faubourg Contrecœur. En effet, plusieurs citoyens avaient rapporté la présence de l’animal à l’hiver 2017. De plus, la proximité d’une friche dans ce secteur constitue un habitat de choix pour toutes sortes d’espèces de faunes urbaines, comme le renard et même… la dinde sauvage.

En savoir plus :

Pour plus de renseignements sur la cohabitation avec le coyote à Montréal, consultez le site : ville.montreal.qc.ca/coyote
Le reportage de Radio-Canada sur le pistage de coyotes est disponible sur le site https://www.facebook.com/tj18h/videos/2194404657476333/

 

Vos commentaires
loading...