Publicité

MHM dresse son bilan pour 2018

Politique
La conseillère de Tétreaultville, Suzie Miron, a présenté une partie du bilan. (photo: Anne-Marie Tremblay)
La conseillère de Tétreaultville, Suzie Miron, a présenté une partie du bilan. (photo: Anne-Marie Tremblay)

Les élus de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve ont-ils réussi à atteindre leurs objectifs pour l’année 2018 ? Dans une rencontre avec les citoyens, ils ont dressé le bilan de cette première année au pouvoir et annoncé leurs couleurs pour 2019.

Une promesse du maire Pierre Lessard-Blais, qui voulait instaurer un exercice de reddition de compte pour les élus. « Nous voulons avoir des engagements fermes, assortis de livrables, pour pouvoir faire un suivi avec les citoyens. Ce n’est pas une campagne de relation publique, mais un bilan autocritique pour partager nos réussites, mais aussi ce qui a moins bien fonctionné », a expliqué d’entrée de jeu le maire de l’arrondissement.

Toutefois, c’est un bilan plutôt positif qui a été présenté à la quarantaine de citoyens qui s’étaient déplacés pour l’occasion à la Maison de la culture Maisonneuve. Projet-pilote de déneigement chez des aînés vulnérables d’Hochelaga-Maisonneuve, verdissement de toutes les saillies de trottoirs construites avant mai 2018, multiplication par deux des heures d’ouverture des chalets de parcs et adoption d’un plan local de déplacement figurent tous au rang des réussites pour la dernière année. Ajoutons à cela l’adoption d’une politique d’inclusion du logement social et abordable.

L’arrondissement a également embauché une ressource supplémentaire allouée au service du 311, ce qui a permis de réduire le délai de traitements des plaintes et d’améliorer leur suivi, a expliqué la conseillère de Louis-Riel, Karine Boivin-Roy. Au total, pour ce qui concerne la voirie (nids-de-poule, nettoyage des lieux publics, mobiliers urbains et graffitis), « la proportion de requêtes fermées dans les délais est passée de 51,8 % à 75,7 % en un an », a-t-elle précisé.

La propreté à l’honneur

Idem avec la propreté, alors que l’arrondissement a engagé une importante campagne de sensibilisation auprès des citoyens, a rappelé Suzie Miron, conseillère de Tétreaultville. Des efforts qui semblent avoir porté fruit, puisqu’affiches, publicités et vidéos ont été remarqués par 79 % des résidants, selon un sondage. De même, 60 % d’entre eux ont affirmé que cette campagne leur avait donné envie de faire un effort pour améliorer la propreté. « On a aussi reçu des commentaires des gens comme quoi il y avait moins de poubelles qui débordaient », a ajouté Pierre Lessard-Blais.

L’arrondissement a également ajouté des ressources humaines pour améliorer le nettoyage et l’entretien, a augmenté la fréquence de la collecte de déchets dans les parcs et sur les artères commerciales et a ajouté de nouvelles poubelles et cendriers. Des mesures, incluant la campagne, qui auront coûté plus de 4 M$.

Saluant cet effort, certains citoyens ont toutefois demandé à ce qu’il y ait plus d’éléments mesurables pour savoir si ces efforts ont un effet réel ou non sur la propreté. D’autres ont également réclamé que les commerces soient contraints de mettre l’épaule à la roue, en maintenant leurs espaces propres, en participant à la collecte sélective et au compostage.

Des engagements qui n’ont pas été complétés

Parmi les engagements qui n’ont pas été complétés, celui d’instaurer des corridors scolaires autour d’une école dans chacun des trois quartiers de l’arrondissement. Un processus qui s’est avéré plus long que prévu, puisqu’il implique la collaboration entre différents acteurs. Toutefois, le processus est bien amorcé et devrait se poursuivre sur la prochaine année, assure le maire. « Dès 2019, il y aura des aménagements, mais on n’est pas capables de confirmer que le tout sera terminé d’ici la fin de l’année», a-t-il ajouté. Dans Mercier-Est, ce sont les pourtours de l’école Saint-François-d’Assise qui sont ciblés.

Autre point sensible dans l’arrondissement : les citoyens attendent toujours une consultation sur le développement du pôle l’Assomption Sud, menée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Un droit gagné de haute lutte, alors que plus de 6000 citoyens avaient signé une pétition réclamant un tel exercice. « Nous n’avons pas réussi à avoir une consultation publique cette année, mais nous avons présenté notre vision du développement aux citoyens qui repose sur l’augmentation de la qualité de vie, le développement durable, l’intégration de ce projet dans son milieu et l’ajout de transport actif et collectif », a expliqué Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe. De plus, les différents acteurs seront sur place pour présenter leur vision des choses aux citoyens, lors de la consultation, a-t-elle ajouté. La conseillère a affirmé que la consultation se déroulerait bientôt.

De plus, l’arrondissement devait rendre publics les comptes-rendus des différents comités, par exemple de circulation, d’urbanisme, de toponymie, etc. Force est de constater que peu de procès-verbaux ont réellement été mis en ligne l’an dernier sur le site web de l’arrondissement, dans certains cas, aucun. « Comme il faut faire adopter le procès-verbal avant de le publier, cela allonge les délais. De plus, nous avons réalisé que certaines discussions, notamment au Comité consultatif d’urbanisme, sont confidentielles », a expliqué Suzie Miron. Il faut donc trouver une formule qui permettra d’améliorer la transparence, tout en respectant les éléments confidentiels à l’ordre du jour, a-t-elle ajouté.

Engagements pour 2019

— Assurer la réalisation du premier exercice de budget participatif dans Mercier-Ouest
— Augmenter l’offre de transports collectifs et actifs, particulièrement dans Tétreaultville
— Réaliser un premier tronçon du Réseau Express Vélo dans l’arrondissement
— Adopter une politique de développement commercial local et durable
— Améliorer le traitement des plaintes pour lutter contre l’insalubrité des logements
— Bonifier le programme de ruelles vertes et faciliter la sécurisation des ruelles
— Consulter la population pour adopter un plan directeur des parcs qui répond aux besoins des résidents
— Reboiser ou verdir toutes les fosses d’arbres de l’arrondissement
— Créer un bulletin d’information pour faciliter la communication entre l’arrondissement et les citoyens

Vos commentaires
loading...