Publicité

Qualité de l’air dans l’Est : de nouvelles propositions au mois de mars

Environnement, Politique, Santé
(photo archives : Daniel Chartier)
(photo archives : Daniel Chartier)

« C’est décevant », explique Francesco Miele, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement. En effet, la motion déposée hier sur la qualité de l’air par Ensemble Montréal au conseil de ville n’a pas été adoptée, déplore l’élu.

Pamplemousse.ca rapportait dans un article paru le 19 février que le bureau de l’Opposition officielle de la Ville de Montréal s’apprêtait à déposer une motion réclamant « de nouvelles études environnementales dans l’Est de Montréal ». Suite à cette sortie d’Ensemble Montréal, la Direction de la santé publique avait annoncé qu’elle était prête à mettre les analyses sur la qualité de l’air à jour.

Toutefois, son adoption n’a pas eu lieu comme prévu. « Nous avons été un peu surpris de voir que l’administration a déposé un projet d’amendement très élaboré qui n’allait pas, à certains égards, à l’encontre de notre proposition. Mais sur certains points, on considérait que cela faisait régresser nos demandes », explique le porte-parole d’Ensemble Montréal.

L’opposition officielle déçue

Pour ne pas se « retrouver avec une proposition moins forte » que ce qu’ils voulaient, M. Miele et son parti ont décidé de déposer au conseil de ville du mois de mars une nouvelle résolution sur laquelle ils auront le temps de travailler pendant un mois. Le leader adjoint de l’opposition officielle préfère retirer sa motion et « s’affairer avec Jean-François Parenteau, porteur du dossier (au comité exécutif) pour l’environnement dès le prochain mois ».

Parmi les points qui ont achoppé, le fait qu’Ensemble Montréal souhaitait que « la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) arrive avec une uniformisation des unités de mesure et que ce soit un des changements que la Ville n’était pas prête à demander à la CMM. La Ville voulait plutôt continuer de comparer certaines données avant de demander à la CMM de procéder aux changements », explique Francesco Miele. Parce que les unités de mesure utilisées dans les analyses de la qualité de l’air « ne sont pas les mêmes lorsque l’on travaille à la qualité de l’air ou si l’on est au département de l’environnement » souligne-t-il. Ce qui peut rendre les comparaisons difficiles.

Dans une publication publiée sur Facebook, Pierre Lessard-Blais, le maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, explique aussi être « très déçu que la motion sur la santé respiratoire dans l’Est de Montréal ne soit pas adoptée (hier) pour des technicalités parlementaires ». Le maire de l’arrondissement indiquait aussi qu’il serait présent à une « rencontre citoyenne avec l’entreprise CCR pour parler de pollution atmosphérique dans l’Est. » Le tout s’est déroulé hier.  Un dossier que l’élu de Projet Montréal entend mener de façon « non partisane », ajoute-t-il.

Même si l’opposition est déçue de ce qui s’est passé hier, Francesco Miele est tout de même être heureux de voir « qu’il y a une ouverture de chaque côté, du côté de l’administration qui est nécessaire pour nous pour faire adopter la résolution ». Il affirme également qu’il y aperçoit une réceptivité « de leur part pour arriver à un texte commun pour le prochain mois ».

Vos commentaires
loading...